Fréquenter des sites de rencontre peut être une cause de divorce

Le premier argument marketing des sites de rencontre pour vendre leurs services est très certainement le nombre de mariage issu d’une rencontre en ligne. Ou même le nombre de bébé, plus émouvant. On peut toutefois remettre en question l’efficacité des sites de rencontre quand on prend en compte le nombre de divorce à cause de relation adultérine en ligne et la fugacité des relations de manière général.

 

Le nouveau terrain de chasse des personnes en couple

Les mastodontes de la rencontre aiment renvoyer cette image idyllique d’un service qui permet à tout un chacun de se libérer du célibat. Mais force est de constater aujourd’hui que les services de rencontre en ligne sont autant une machine à détruire les couples. D’après l’Obs, de plus en plus de personnes déjà en couple se rendent sur Tinder et autres applications pour retrouver le jeu de la séduction … sans forcément passer à une rencontre physique.

Le site Gleeden va même plus loin, il est exclusivement réservé aux rencontres extra-conjugales en ligne et affiche au compteur 3 millions de membres (pas forcément actif ce qui ne veut rien dire). Mais tout de même, dans ce contexte les services de rencontres apparaissent plus comme une force destructrice qu’un salut pour sortir du célibat.

La fréquentation d’un site de rencontre justifie un divorce

D’ailleurs un cas de divorce a fait parler de lui en 2014. Josiane (ndlr, le nom a été modifié pour faire plus sexy) à priori dépressive depuis quelques années, échangeait des messages et des photos intimes sur netlog avec plusieurs correspondants masculins. La justice a ainsi retenu qu’une relation en ligne pouvait représenter un manquement grave aux devoirs du mariage. Dans ce cas précis, la faute de Josy a permis à son mari de ne pas avoir à régler une prestation compensatoire. Ami(e) marié(e), vous serez prévenu !_

Le premier argument marketing des sites de rencontre pour vendre leurs services est très certainement le nombre de mariage issu d’une rencontre en ligne. Ou même le nombre de bébé, plus émouvant. On peut toutefois remettre en question l’efficacité des sites de rencontre quand on prend en compte le nombre de divorce à cause de relation adultérine en ligne et la fugacité des relations de manière général.

Le nouveau terrain de chasse des personnes en couple

Les mastodontes de la rencontre aiment renvoyer cette image idyllique d’un service qui permet à tout un chacun de se libérer du célibat. Mais force est de constater aujourd’hui que les services de rencontre en ligne sont autant une machine à détruire les couples. D’après l’Obs, de plus en plus de personnes déjà en couple se rendent sur Tinder et autres applications pour retrouver le jeu de la séduction … sans forcément passer à une rencontre physique.

Le site Gleeden va même plus loin, il est exclusivement réservé aux rencontres extra-conjugales et affiche au compteur 3 millions de membres (pas forcément actif ce qui ne veut rien dire). Mais tout de même, dans ce contexte les services de rencontres apparaissent plus comme une force destructrice qu’un salut pour sortir du célibat.

La fréquentation d’un site de rencontre justifie un divorce

D’ailleurs un cas de divorce a fait parler de lui en 2014. Josiane (ndlr, le nom a été modifié pour faire plus sexy) à priori dépressive depuis quelques années, échangeait des messages et des photos intimes sur netlog avec plusieurs correspondants masculins. La justice a ainsi retenu qu’une relation en ligne pouvait représenter un manquement grave aux devoirs du mariage. Dans ce cas précis, la faute de Josy a permis à son mari de ne pas avoir à régler une prestation compensatoire. Ami(e) marié(e), vous serez prévenu !

Expert de la rencontre en ligne, les sites de rencontre n’ont plus de secrets !

Commentaire(s)

Donner votre avis