Découvrons ensemble où les clients sont susceptibles de croiser une escorte ou une prostituée à Bordeaux. Nous donnons aussi une alternative efficace pour une rencontre sexe gratuite à Bordeaux.

Attention !
La loi française interdit le recours à la prostitution. Ces faits sont sanctionnés pénalement et peuvent donner lieu à des poursuites judiciaires en France, même s’ils ont été commis à l’étranger. Il est préférable d’utiliser d’autres alternatives légales pour coucher avec une femme. Vous pouvez d’ailleurs consulter cet article : quel site pour baiser gratuitement avec une femme ?

Où croiser une prostituée ou une escorte à Bordeaux ?

escorte de bordeaux

Lieux de racolage traditionnel à Bordeaux

Bien que techniquement prohibé depuis 2016, un certain racolage passif perdure dans certains quartiers bordelais, le plus souvent la nuit venue. Les travailleuses du sexe les plus précaires arpentent ainsi certaines artères à la recherche de clients, sous l’œil circonspect des riverains et des forces de l’ordre.

Parmi les principales zones de prostitution de rue à Bordeaux :

  • Le cours Alsace-Lorraine, où l’on trouve surtout des migrantes africaines ou sud-américaines esseulées.
  • La tristement célèbre rue de la Benauge, qui compte la plus forte concentration de travailleuses du sexe sédentarisées ou de passage, majoritairement bulgares et nigérianes.
  • Le boulevard Jean-Jacques Bosc, frontière invisible entre Bordeaux et Bègles, où se côtoient femmes d’Europe de l’Est et transexuelles latino-américaines sous la coupe de réseaux criminels impitoyables.
  • Le quartier de La Gare et ses alentours, plaque tournante de la marchandisation des corps à Bordeaux, entre migrants en quête désespérée d’un gîte et frustrés de tous poils cherchant à assouvir leurs pulsions refoulées sur des êtres qu’ils estiment « disponibles ».

La prostitution de rue concerne en grande majorité des personnes vulnérables, étrangères en situation irrégulière, prises dans les filets de la traite d’êtres humains.

Bars, clubs et hôtels complaisants

Autre versant de la prostitution bordelaise : les réseaux occultes qui prospèrent derrière des établissements en apparence légaux.

Ainsi, plusieurs bars à hôtesses et autres clubs échangistes servant de façade à une intense activité prostitutionnelle. Employées précaires et jeunes migrantes y sont poussées à faire gonfler l’addition des clients par tous les moyens, avant de monnayer en cachette des faveurs sexuelles au profit du gérant proxénète et autres criminels en col blanc.

De même, certains hôtels miteux du centre-ville ferment volontairement les yeux sur l’installation de travailleuses du sexe dans leurs chambres glauques, contre rétribution sur les passes. Surbooking, hygiène aléatoire et menaces physiques sont le lot quotidien de ces esclaves modernes contraintes de recevoir jusqu’à une dizaine de clients par jour pour remplir leurs objectifs.

escorte de bordeaux

Salons asiatiques et prostitution déguisée

Autre lieu emblématique de la face cachée de Bordeaux : les salons de massage orientaux, principalement tenus par des réseaux mafieux chinois ou vietnamiens.

Derrière leur enseigne légale et leur devanture discrète, ces établissements cachent souvent une intense activité prostitutionnelle. Des praticiennes corvéables, le plus souvent en situation irrégulière, y sont forcées d’offrir des prestations manuelles tarifées aux clients frustres moyennant rétribution au tenancier.

Hygiène aléatoire, séquestration et violences sont le lot commun de ces esclaves sexuelles contraintes à des cadences infernales dans des locaux exigus, quand ce n’est pas carrément dans des salons de coiffure ou de manucure détournés à la sauvette en lieux de passes express.

Cyber-prostitution et petites annonces en ligne

En parallèle du racolage traditionnel, la prostitution bordelaise migre de plus en plus sur internet, sous l’impulsion des confinements et de la loi pénalisant les clients depuis 2016.

Sites spécialisés en « escorting » : les canaux ne manquent pas pour monnayer en ligne ses charmes contre rétribution. Des tarifs élevées alléchants permettent à nombre d’étudiantes en galère de céder ponctuellement à la tentation, quand ce ne sont pas carrément des adolescentes inconscientes ou des victimes de proxénètes qui publient ces annonces derrière lesquelles se cachent parfois de véritables prédateurs sexuels et autres frustrés prêts à tout pour assouvir leurs fantasmes inavouables loin des regards indiscrets.

Locations AirBnb et prostitution 2.0

Dernière tendance en date : des propriétaires peu scrupuleux qui sous-louent leurs appartements via AirBnb à des fins exclusivement prostitutionnelles. Une combine qui permet à la fois de maximiser les revenus immobiliers et d’offrir aux travailleuses du sexe un cadre plus sécurisé et discret que la rue pour recevoir leurs clients.

Mais derrière ces belles promesses se cachent souvent des proxénètes qui fixent leurs propres règles et tarifs abusifs. Surbooking, nuisances, dégradations : les riverains excédés par ces va-et-vient incessants dans leur immeuble ont tôt fait de déchanter et d’alerter les autorités, même si les preuves sont difficiles à apporter pour sanctionner fermement ces combines.

L’alternative gratuite pour une rencontre sexe à Bordeaux

Bien que compréhensible pour certains, le recours à la prostitution pour assouvir ses frustrations sexuelles n’est clairement pas la panacée à Bordeaux. Outre son illégalité, cette option s’avère souvent décevante, risquée sur le plan sanitaire, et pas donnée côté porte-monnaie ! Heureusement, il existe désormais une alternative éthique, sûre, et 100% gratuite pour trouver à Bordeaux des femmes consentantes pour des plans cul sans tabou. Explications.

Des Bordelaises coquines qui assument leurs envies

Grâce aux meilleurs sites de plan cul, vous pouvez désormais entrer en contact avec quantité de femmes bordelaises célibataires ou en couple assumant pleinement leur désir de tromper l’ennui dans les draps d’un bel inconnu. Le tout sans contrepartie financière, juste pour le plaisir et la découverte de nouvelles sensations. De quoi largement combler vos envies de sexe sans lendemain, le temps d’une nuit torride ou plus selon affinités.

JM Date, le site N°1 des plans culs au Bordeaux

Suite à plusieurs mois de tests approfondis, notre rédaction a élu le site JM Date comme la plateforme N°1 pour rencontrer des plans coquins gratuitement dans la région bordelaise.

La variété des profils féminins libertins et leur grand nombre sur Bordeaux et ses environs en font le partenaire rêvé pour concrétiser vos fantasmes les plus fous, sans prise de tête. L’assurance de plans cul mémorables !

L’assurance d’un plan cul gratos et rapide

Bref, messieurs en quête de sensations fortes, ne vous fatiguez plus à fantasmer sur des prostituées hors de prix. De vraies bordelaises sexy et motivées n’attendent que votre message pour un tête à tête endiablé.

Rien à perdre, tout à gagner. Et en prime la satisfaction de séduire par vous-même une femme qui a envie de vous, pas de votre argent. Tentez l’expérience dès ce soir !

Qui sont les travailleuses du sexe bordelaises ?

Contrairement aux clichés, les personnes qui se prostituent à Bordeaux sont loin de correspondre toutes au même profil stéréotypé de « fille de joie ». D’âge, d’origine, de genre et de consentement variables, leurs parcours de vie divergent sensiblement.

Jeunes migrantes sous emprise de proxénètes

La majorité des travailleuses du sexe visibles dans les rues de Bordeaux la nuit venue sont de jeunes femmes originaires d’Afrique de l’Ouest ou d’Europe de l’Est, récemment arrivées en France après un périple migratoire traumatisant, sous la coupe de réseaux criminels.

Piégées par des dettes colossales correspondant soi-disant aux frais de leur voyage, ces migrants précaires n’ont d’autre choix que de se soumettre aux exigences de proxénètes et autres gérants d’établissements louches, sous la menace permanente de représailles violentes sur leurs proches restés au pays en guise de caution morale.

Une épée de Damoclès intolérable qui pousse ces parias à enchaîner les passes dans des conditions dégradantes avec des inconnus brutaux ne parlant même pas leur langue. Leur seule échappatoire : parvenir à rembourser au plus vite ce « dû » imaginaire, avant de replonger dans la marginalité la plus totale, ou de céder à la tentation suicidaire.

Étudiantes fauchées aux vies cabossées

Conséquence de la pauvreté galopante chez les moins de 25 ans, de plus en plus d’étudiantes bordelaises basculent dans la prostitution occasionnelle pour survivre et payer leur formation.

Issues de la classe moyenne, elles peinent à joindre les deux bouts entre jobs alimentaires exténuants et factures qui s’accumulent. Face à l’angoisse de Certainly finir SDF ou de devoir abandonner leurs études faute de moyens, certaines finissent ainsi par franchir le pas de l’escorting étudiant, après avoir mûrement soupesé le pour et le contre.

Mais derrière le mirage de rapides embuscades financières, le piège de la marchandisation de son corps et les risques psycho-traumatiques guettent. Pour ces jeunes filles isolées en quête de repères, l’engrenage prostitutionnel rime souvent avec descente aux enfers.

escorte de bordeaux

Transgenres latinos fuyant transphobie et précarité

Parmi la faune bigarrée du trottoir bordelais se distingue également une importante communauté de travailleuses du sexe transgenres, principalement originaires d’Amérique Latine (Brésil, Colombie, Cuba).

Ne pouvant financer leur transition médicale dans des pays peu tolérants envers les minorités de genre, nombre d’entre elles tentent le tout pour le tout en immigrant clandestinement vers l’eldorado européen. Mais les portes du marché du travail leur sont généralement fermées dans une société elle aussi transphobe, les laissant rapidement sans ressources, soutien social ou affectif.

La prostitution de survie s’impose alors bien souvent pour ces parias de tous bords en quête de reconnaissance. Dans l’espoir de glaner un hypothétique titre de séjour synonyme de renaissance, elles s’adonnent entre elles à des rapports non protégés avec une clientèle versatile, entre deux shoots de coke pour oublier le désespoir de leur existence maudite.

Cougars françaises en quête d’illusion

On rencontre enfin dans les rues de Bordeaux quelques quadras ou quinquas françaises, issues de la classe populaire, ayant dérivé insidieusement vers le plus vieux métier du monde suite à une vie de galères et de déceptions en tous genres.

Après s’être étiolées des années durant dans des boulots subalternes et des relations de couple toxiques, elles troquent désormais leurs charmes fanés contre quelques subsides glanés dans les parkings déserts et autres coins sombres de la ville.

Passé minuit, elles rabattent ainsi les rares véhicules de ces messieurs en mal de plaisirs bon marché, prêts à assouvir pour quelques billets leurs fantasmes inavouables sur ces quinquas usées par la vie. Leur seul espoir ? Croiser un client modérément clean aux petites attentions, pour fuir quelques heures la dure réalité de leur triste existence jusqu’au crépuscule, où le désarroi les rattrape avec la force implacable des vagues sur la digue du Cap Ferret.

Profils et motivations des clients du sexe à Bordeaux

Autre versant occulté de l’équation : les clients. Longtemps invisibilisés dans les débats autour de la « question prostitutionnelle », ces hommes consommateurs de sexe tarifé sortent peu à peu de l’ombre. Mais qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Qu’est ce qui poussent ces messieurs Respectables à commettre l’irréparable ?

Deniers de clope et libidos d’ados

Commençons par la face émergée de l’iceberg : les petits jeunes des cités, dealant shit et autres drogues en bas des tours, qui n’ont de Respectable que leur attitude de petit caïd. Ces minots aux dents longues sont coutumiers du « michetonnage » de mineures en fugue ou en rupture scolaire qu’ils soumettent à leurs assauts en échange de menus cadeaux et d’une illusion de protection.

Mais une fois leur petite affaire illégale mise à jour par les keufs, ces apprentis proxénètes écope de lourdes condamnations et de toutes petites queues en prison, à moins qu’un grand frère du quartier ne raccourcisse précocement leur carrière de mac flambeur.

Cadres sups accros au sexe tarifé

À l’autre bout du spectre social, on trouve ces Messieurs en costumes cravates qui passent leur semaine à donner des ordres et serrer des mains. Hospitalité du Sud-Ouest oblige, Bordeaux regorge de ces cadres dirigeants ou entrepreneurs bedonnants aux cheveux gominés et sourires ultra bright façon politicien en campagne.

Mais derrière les beaux discours enflammés au service de la croissance économique et du bien commun se cachent souvent de piètres bilans en matière de croissance personnelle. Addict au boulot et négligé par une épouse acariâtre, leur vie privée se résume à chercher des sensations fortes dans des passes anonymes avec des inconnues. Quitte à enchaîner les rallyes coquins à travers la région au volant de leur grosse allemagne, tel un vulgaire chauffard en mal de défouloir.

Car leur statut social leur octroie un pouvoir d’achat suffisant pour consommer sans limite et en toute discrétion les faveurs de travailleuses du sexe dociles, qui s’exécutent avec un enthousiasme proportionnel au nombre de billets tendus. L’illusion de l’amour vrai vendu au kilo, en somme, jusqu’à la prochaine dose ou la crise cardiaque fatale sur un parking de zone industrielle glauque après le boulot.

Seniors en mal de tendresse acharnée

On trouve enfin parmi les clients assidus de ces dames une proportion non négligeable de seniors. Ces retraités ou jeunes papis disposent en effet de temps, d’argent et de frustrations en stock pour assouvir en catimini leurs pulsions les plus refoulées avec des inconnues.

Que ce soit par lassitude d’une compagne acariâtre, ou un deuil définitif suite au départ de la douce aimée, beaucoup trouvent dans les bras accueillants de travailleuses du sexe une oreille attentive et une affection factice qui pansent momentanément un manque affectif abyssal. Même s’il leur faut parfois pour cela en passer par des pratiques frisant le ridicule aux yeux de ces demoiselles.

Faute de repères et d’épanouissement dans leur sphère privée, ces sextagénaires en quête de sens se raccrochent ainsi désespérément à une illusion de désir et de passion exclusive le temps d’une passe. Avant de regagner au petit matin leur pavillon vide et leur vie étriquée, le cœur lourd de culpabilité et les poches allégées jusqu’à la maigre retraite.

Pourquoi éviter le recours à la prostitution ?

Si la tentation du recours à la prostitution peut se comprendre chez certains individus en mal de contact humain ou de défouloir sexuel, il convient cependant de garder à l’esprit les nombreuses zones d’ombre et implications éthiques posées par le fait de payer pour l’accès au corps d’autrui.

Dangerosités psycho-physiques

Au-delà de l’illégalité de la démarche, opter pour les services d’une travailleuse du sexe n’est pas sans risque pour le client sur les plans à la fois physique, psychique et judiciaire :

Risques sanitaires

Même protégé, avoir un rapport sexuel avec une prostituée expose à des infections sexuellement transmissibles : mycoses, hépatites, HIV en cas de rupture ou mauvaise utilisation du préservatif.

S’ajoute la consommation fréquente de substances psychoactives (alcool, cocaïne) parmi les travailleuses du sexe pour tenir le coup, ouvrant la porte à des rapports non consentis et des comportements imprévisibles.

Traumatismes et frustrations

S’offrir les charmes tarifés d’inconnues peut certes flatter temporairement l’ego, mais génère souvent plus de frustrations que de plaisir sur le long terme. Sentiment de honte, de solitude affective, addictions : derrière l’illusion, la douche froide guette.

S’engager dans la prostitution, même consentie, laisse aussi des séquelles psychiques indélébiles (dépression, anxiété, troubles alimentaires) que rien ne saurait compenser.

Des ennuis judiciaires et financiers

Outre les déconvenues sanitaires, le client s’expose également à des poursuites pénales depuis la loi de 2016 interdisant l’achat d’actes sexuels : amendes salées, casier judiciaire et humiliation publique sont au bout.

Et gare aux arnaques en tout genre fomentées par des réseaux mafieux sans scrupules : vols, extorsions de fonds, violences gratuites sont monnaie courante une fois leur victime ferrée et aucune plainte à espérer.

Cautionner un système pervers

Enfin, au-delà des déboires personnels encourus, coucher avec une prostituée revient plus globalement à cautionner toute une mécanique infernale aux impacts sociétaux désastreux :

Alimenter des organisations criminelles

En rétribuant des services sexuels, on contribue directement au financement de réseaux mafieux et au maintien de victimes dans un état de sujétion contraire aux Droits Humains. Une forme de complicité passive avec les bourreaux de ces esclaves modernes contraints de se soumettre aux assauts répétés d’inconnus.

Hypothéquer la santé publique

Le recours généralisé à la prostitution accentue mécaniquement la propagation des IST au sein de la population, entraînant un surcoût pour le système de santé et la collectivité.

Renforcer l’archaïsme patriarcal

Enfin, la banalisation de la marchandisation du corps féminin qui sous-tend la prostitution ne fait qu’accentuer une forme de sexisme ordinaire, où la femme reste perçue avant tout comme objet de désir et de plaisir à usage unique. Difficile dans ces conditions de progresser vers une culture du respect et du consentement mutuel, indispensable pour en finir avec les violences de genre.

Sources
  • https://www.humanite.fr/societe/-/prostitution-bordeaux-la-justice-distancee-par-la-police
  • https://www.leparisien.fr/faits-divers/bordeaux-un-reseau-de-prostitution-de-masseuses-chinoises-demantele-un-ancien-elu-rn-implique-29-04-2023-472H52KQNFFVLH52WG7S4FYJLY.php
  • https://www.charentelibre.fr/gironde/bordeaux/les-clients-des-prostituees-a-l-amende-a-bordeaux-6166856.php
  • https://www.ladepeche.fr/2023/04/29/bordeaux-un-reseau-de-prostitution-demantele-un-ancien-elu-rn-mis-en-examen-11165766.php
  • https://www.lefigaro.fr/bordeaux/des-vieux-porcs-une-affaire-de-prostitution-sur-une-adolescente-de-14-ans-ouverte-au-tribunal-judiciaire-de-bordeaux-20230926
  • https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/parfois-ils-echangent-du-sexe-contre-un-repas-de-plus-en-plus-de-prostitution-chez-les-etudiants-precaires-2876363.html
  • https://rue89bordeaux.com/2023/09/rose-une-plateforme-bordelaise-face-a-la-hausse-de-la-prostitution-chez-les-jeunes/
  • https://www.francebleu.fr/infos/societe/prostitution-des-mineurs-a-bordeaux-la-plus-jeune-qu-on-ait-eu-dans-une-affaire-avait-13-ans-1846596
  • https://www.sudouest.fr/societe/la-nouvelle-prostitution-a-bordeaux-comment-le-commerce-des-corps-s-est-dematerialise-17519190.php

2 Avis pour “Prostituée à Bordeaux : lieux & alternative pour rencontre sexe gratuite”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *